Travailler en duo : une subtile alchimie

Alchimie des rôles en équipe Belbin

 

Aujourd'hui une personne qui travaille en solo peut difficilement résoudre des problèmes toujours plus complexes et peine à organiser des projets. Le mode collaboratif s’impose. Mais il génère trop souvent tensions et pertes de temps.

 

Avant d’entamer un projet ou un travail important, il est essentiel de se poser les bonnes questions : qui peut m'apporter de la complémentarité ? De la valeur ajoutée ?


La méthode des rôles en équipe Belbin fournit un éclairage précieux sur le sujet. Elle se concentre sur les rôles naturels de chacun en relation avec les autres afin de rendre les échanges efficaces et productifs. De ces 20 années de recherches et d’observations se dégagent des tendances sur les personnes dont le comportement s’accorde par nature, là ou d’autres vivent une collaboration moins harmonieuse, voire conflictuelle.


Exemple : pour la construction d'un projet, une personne dont le comportement est impulsif et dédié à l’objectif s'entendra avec une personne ouverte au compromis et pleine de tact. En revanche, deux personnes battantes, et impulsives risquent l'échec si elles travaillent en duo.


Les combinaisons sont multiples et nous les réduisons ici pour la démonstration.


Endossons le rôle d’un chef d'entreprise ou d’un manager d’équipe.

  • S’il est prompt à avoir des idées, iconoclastes et nombreuses, (rôle appelé le Concepteur chez Belbin), il aura intérêt à choisir un collaborateur Organisateur qui l’aidera à les trier et à rendre ses projets réalistes. Il peut aussi s’entourer d’un Priseur, pondéré et posé qui lui fera étudier les différentes pistes avec objectivité avant une prise de décision commune.
  • Si ce manager est de type Propulseur (battant, concentré sur l’objectif), il travaillera avec une personne aimant structurer les opérations (rôle d’Organisateur) ou avec un collaborateur qui saura faire régner un bon climat au sein des équipes (rôle de Soutien) et tempérer certains excès du Propulseur.
  • Si le manager préfère orchestrer et répartir les tâches (rôle du Coordinateur) il formera un parfait tandem avec un collaborateur talentueux aux idées novatrices (le Concepteur). Un duo qui peut faire des merveilles.

Voici en synthèse un extrait des relations les plus fructueuses et des moins appropriées - voire contre-indiquées dans une relation hiérarchique. Cette démonstration est réalisée d’après le rôle principal du manager, qui peut être amené à jouer un second ou troisième rôle ...

Le manager doit opérer un réglage fin de son style de comportement avec son collaborateur suivant la situation et le projet.

 

Rôle principal du manager Relation idéale avec : Relation difficile avec :
1CN Concepteur  capequipe-belbin-icone-priseur-rvb   capequipe-belbin-icone-organisateur-rvb  capequipe-belbin-icone-promoteur-rvb   capequipe-belbin-icone-propulseur-rvb
1PR  Priseur capequipe-belbin-icone-organisateur-rvb   capequipe-belbin-icone-priseur-rvb   capequipe-belbin-icone-concepteur-rvb
1EX Expert capequipe-belbin-icone-organisateur-rvb   capequipe-belbin-icone-soutien-rvb capequipe-belbin-icone-concepteur-rvb
1OR  Organisateur  capequipe-belbin-icone-soutien-rvb  capequipe-belbin-icone-concepteur-rvb   capequipe-belbin-icone-promoteur-rvb
1PP  Propulseur  capequipe-belbin-icone-organisateur-rvb  capequipe-belbin-icone-soutien-rvb capequipe-belbin-icone-perfectionneur-rvb   capequipe-belbin-icone-priseur-rvb   capequipe-belbin-icone-coordinateur-rvb
1PE Perfectionneur  capequipe-belbin-icone-organisateur-rvb  capequipe-belbin-icone-promoteur-rvb
1PM Promoteur  capequipe-belbin-icone-perfectionneur-rvb  capequipe-belbin-icone-propulseur-rvb
1CO  Coordinateur  capequipe-belbin-icone-concepteur-rvb  capequipe-belbin-icone-propulseur-rvb
1SO  Soutien  capequipe-belbin-icone-expert-rvb  capequipe-belbin-icone-propulseur-rvb

 

En conclusion, entourez-vous de celui ou celle dont le style s’accordera le mieux avec le vôtre et dosez la combinaison en véritable chimiste.

Vous souhaitez en savoir plus et réaliser votre profil Belbin® et celui de votre équipier(re), contactez-moi.

Vous souhaitez-vous abonner à de nouveaux articles qui paraîtront sur le site de CapEquipe, laissez vos coordonnées.

 

Sophie Le Stum

 

Retour à la Newsletter

 

 

 

 

 

 

Mentor ? Tuteur ? Parrain !

Heureux qui comme le fils d’Ulysse…….. a connu un mentor ou comme cestuy-là qui eut un tuteur ou un parrain ! 


Lire la suite sur le site de Conte Clé (Partenaire de CapEquipe)

Catherine Allain

Revoyez votre posture, tonifiez-vous !

Vous êtes pour beaucoup d'entre vous assis à votre bureau plusieurs heures d’affilée.
Au fur et à mesure vous vous avachissez, courbez le dos. Vous croisez les jambes d'un côté puis de l'autre. La position devient difficile à tenir. Vous avez mal au dos, à la nuque, aux épaules, des fourmis dans les jambes...mais pas le temps de faire une pause....

Il faut agir !


Voici en vidéo un exercice facile et bénéfique en moins de 2 minutes :

 

 

Au début, faites l'exercice régulièrement dans la journée. Comme sur la route, toutes les deux heures, une pause s'impose. Répétez-le une quinzaine de fois en pensant à bien expirer pendant l'effort.


Vous allez rapidement constater de meilleures habitudes de posture et de respiration. Votre dos est plus étiré et moins douloureux et vos cuisses se tonifient.


Pour votre confort et pour augmenter l’efficacité de la méthode, améliorez votre installation au bureau : un marchepied pour un bassin mieux positionné, une table plus basse pour des épaules plus relâchées (ou une assise et un marchepied plus haut).


Une posture tonique est le début d'une meilleure hygiène de vie de donc d'une meilleure santé.


Votre corps compte sur vous !

 

Et après, quelle action allez vous choisir pour être performant dans votre quotidien...... ?

 

photoguillaumeberoul

 

 

 

 

 

 

 

Guillaume BEROUL

Educateur sportif diplômé d'état à Ploemeur (56)

Cerfifié méthode De Gasquet, posturo/respiratoire, mal de dos et fitball.

www.accesforme.com

FB-f-Logo  blue 100YouTube-logo-full color

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Retour à la newsletter

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Stop... débranchons !

Stop... débranchons

 

Arrêtons d'accepter l’invasion de la technologie et de la messagerie dans nos vies dès notre réveil. Smartphones, tablettes, téléphone,… sans parler des montres connectées (et autres outils encore à inventer) remplissent nos vies et il devient routinier de les utiliser dès que nous avons un moment de libre et même trop souvent dans une réunion qui s’éternise.

 


Les conséquences

Le temps libre se transforme en vide que nous ne supportons plus. Notre esprit n’a plus le temps de se concentrer entre 2 interruptions. Nous craignons l’absence de sollicitations : « suis-je toujours dans la boucle ? », « pourquoi untel ne m’a pas encore répondu ? ».

La véritable écoute et la présence pleine et entière à l’autre sont également de plus en plus rares.

Les emails deviennent un fardeau et sont cités unanimement par les cadres comme un « voleur de temps » en formation sur la gestion du temps. Pire, c’est un facteur d’inefficacité professionnelle : il faut 1 minute pour retrouver le fil de ses pensées après une interruption par email, une personne qui vérifie ses emails toutes les 5 minutes perd 8,5h/semaine à se demander ce qu’elle faisait un instant plus tôt ! (étude du Dr Thomas Jackson à l’université de Loughborough, UK rapportée dans la brochure « Zéro email » d’Atos).

 

STOP... DEBRANCHONS ! Il est temps de réagir et de se couper de ces comportements « addictifs ».

 


Comment faire ?

 Voici quelques pistes issues de mon expérience et lectures en gardant à l'esprit qu' «on ne se débarrasse pas d’une habitude en la jetant par la fenêtre mais on lui fait descendre les escaliers marche après marche ». Mark Twain.

  • Décidez une fois pour toutes de ne pas commencer votre journée par la lecture de vos emails et de vos fils d’informations.
  • Ecrivez vos 2/3 tâches les plus importantes du jour en démarrant votre journée ou la veille au soir. Certains auteurs préconisent même de se limiter à 1 seule tâche !
  • Rendez vos emails moins faciles d’accès : enlever les pop-ups, sonneries et autres notifications et décidez de les consulter uniquement 2 à 5 fois par jour (ce chiffre va varier suivant les domaines d’activités de chacun).
  • Laissez vos appareils portables dans un sac en rentrant chez vous par exemple, il vous faudra un effort supplémentaire pour les atteindre, la tentation sera donc moindre.
  • Sensibilisez vos interlocuteurs au fait qu’un email n’est pas un moyen d’avoir une réponse immédiate… et annoncez-leur la date à laquelle vous leur répondrez (cela évitera qu’ils vous interrompent avec un coup de téléphone pour savoir si vous avez bien reçu leur email !).
  • Osez les messages d’absence et les répondeurs dans les moments de travail de fond et d’échange avec vos interlocuteurs.
  • Soyez attentifs à ce qui déclenche votre envie de consulter vos messages, vos fils d’actualités sur vos réseaux préférés, ou des sites d’information : cela vient-il d’un moment d’ennui, fuyez-vous une tâche que vous n’aimez pas réaliser, quelqu’un vous a-t-il énervé ? Une fois l’élément déclencheur détecté, essayez d’y résister et si vous y arrivez, offrez-vous une récompense.
  • Passez des vacances ou des week-ends dans des lieux sans Wifi (pendant des années Steve Jobs et d’autres patrons d’entreprise de technologies ont passé leurs vacances dans des bungalows sans électricité).
  • Partez vous promener dans la nature sans aucun appareil.
  • Utilisez ou ressortez votre carnet de notes et un stylo pour réfléchir, pour poser vos idées ou faire le point sur vos actions. Pour les adeptes du Mind Mapping, utilisez sans modération cette technique avec des crayons et feutres de couleur : apaisement et focalisation garanties.
  • Lisez des ouvrages ou des blogs (ils sont nombreux) consacrés à cette thématique : je vous recommande en particulier l’ouvrage « Pause » de Susan Maushart expérience totale d’absence de connexions que la journaliste a imposé à ses 3 ados pendant 6 mois, ou encore « Focus » de Leo Babauta. Timothy Ferriss dans son ouvrage au titre provocateur « La semaine de 4 heures » préconise en cas de surcharge totale de se déclarer « en faillite de mails ».

 

En conclusion, gagnons du temps pour nous, reprenons contact avec l’essentiel dans nos métiers, retrouvons le plaisir des échanges directs et concentrons-nous sur nos vraies priorités sans nous laisser envahir par toutes ces bestioles électroniques utiles mais parasites. Rappelons-nous avec Pierre Dac qu’« aucune police n’est capable de rattraper le temps qui s’enfuit. »   


Vous souhaitez suivre une formation pour clarifier vos priorités et progresser dans votre organisation : Gagner en sérénité dans votre organisation (suivre le lien).

 

Retour vers la newsletter.

 

 

 

 

 

Managers, écrivez un nouveau scénario

A l’affiche en 2015, équilibre  et bien-être ! Evoquer ces deux notions au travail n’est plus une vue de l’esprit mais une solution aux difficultés multiples liées à la pression et au stress. Nul excès d’humanisme mais du pragmatisme : la loi oblige à se soucier de la bonne santé des salariés, le retour sur investissement est au rendez-vous avec plus de créativité et d’innovation, une meilleure productivité, une baisse du taux d’absentéisme.
Mieux vaut prévenir que guérir....


Lire la suite sur le site de Conte Clé (partenaire de CapEquipe)

Catherine Allain

Devenez toqué de la prise de parole !

0chefcuistot

 

Qui n'a pas subi la douloureuse épreuve du discours d'un orateur assommant, pourtant expert en son domaine mais faible à l’oral ? Qui n’a pas vu de grands conférenciers être en difficulté, perdre pied ?
Etre convaincant, brillant devant un auditoire semble parfois réservé à quelques intervenants exceptionnels comme …. Steve Jobs ! Quelle est leur recette ? Découvrez quelques ingrédients.

Catherine Allain

Lire la suite sur le site de Conte Cle (partenaire de CapEquipe)

La qualité de vie au travail : un enjeu pour l'entreprise

Une prise de conscience collective, relayée par le législateur*, émerge pour affirmer les enjeux de la Qualité de Vie au Travail (QVT), Ceci pourrait apparaître comme secondaire, voire superflu, par ces temps de crise économique.
Lire la suite sue le site de Conte Clé, partenaire de CapEquipe

Karine Rannou
DRH chez CFAO
CFAO, distributeur de marques internationales
11000 collaborateurs principalement en Afrique

Présenter un nouveau projet en 4 points

 

0bpresenterprojet4points

 

Vous préparez la première présentation d’un projet qui vous tient à cœur.

Quelles sont les informations essentielles à délivrer le jour J ?


C’est le premier comité réunissant l’ensemble des responsables,  la pression monte. Vous allez disposer d’un créneau de 30 à 60 minutes. Face à vous : un public de décideurs pressés,  il vous faut aller à l’essentiel. Les supports de présentation (vidéo, diapos, simulation,…) seront évoqués dans un prochain article.


Pour être efficace, voici un plan en 4 points :


1. Pourquoi ce projet ?

Démarrez par la genèse du projet en le situant dans le contexte économique, social, environnemental, politique, …
Expliquez d’où vient l’idée du projet, son origine et son (ses) auteur(s).

 


2. « Pour… quoi faire » : quelle finalité ?

Lorsque vous vous projetez dans l’avenir, quels sont les bénéfices attendus pour votre entreprise, vos clients, vos salariés, votre environnement, une fois le projet terminé ?
Par exemple, prévoyez-vous de nouveaux marchés, davantage de réactivité pour les clients ou une amélioration de la qualité de vos produits ?
Pour vous et votre équipe, quelle est la vision du projet réussi ? Décrivez-la et partagez-la: essayez de traduire votre propos en images.
Enfin, traduisez la raison d’être du projet en objectifs précis, quantifiés et datés.

 


3. Quels sont les « moyens »?

Quelles sont les ressources nécessaires ?  Humaines ou matérielles ? Quel budget d’investissement et de fonctionnement prévoir ? A ce stade l’enveloppe est imprécise et reste une estimation (par analogie). Quelles sont les contraintes (juridiques, autres) ? Quels sont les risques ?
Gardez du temps pour entendre les remarques puis valider avec le comité cette 1ère étape. Si besoin, fixez un nouveau rendez-vous.

 

 

4. Plan d’action : quelle est la suite ?

Si le feu vert vous est donné, présentez un calendrier avec la prochaine étape, les parties prenantes et le séquencement prévisionnel du projet.
Voici ci-dessous un résumé en Mind Map (carte heuristique) téléchargeable en PDF.

 

 

Présenter un projet en 4 points


Lien pour télécharger le fichier :pdficon large

 

Bonne préparation !

Sophie Le Stum

 

Retour à la Newsletter