Alerte : une équipe, vite !

Cet article est publié sur le blog en co-écriture : lien ici

Papier, crayon ... euréka !

Vous avez une problématique plus ou moins complexe et vous manquez de temps ? Vous avez besoin d’une vision plus claire des paramètres à explorer ?
Vous avez un outil magique au bout des doigts et vous l’ignorez …


Tentez l’aventure Mind Map, une technique de cartographie des idées très puissante.
Une feuille de papier et des crayons, à vous de jouer !


Comment ?


1. Munissez-vous d’une feuille de papier blanche et de quelques crayons ou feutres de couleur.
2. Positionnez la feuille en format paysage.
3. Ecrivez soigneusement au centre le sujet de votre réflexion.


Ex : « Que pourrais-je faire pour… »


Le type de question est important car il ne s’agit pas d’analyser de façon binaire le pour ou le contre des options possibles mais d’élargir le champ de votre réflexion.
Imaginons que vous êtes en charge de recrutement. Posons le sujet suivant : Comment pourrais-je faire pour «  Améliorer le processus de recrutement ».
Nous allons créer autour de ce sujet un centre un peu vaporeux à la façon d’un nuage.

 1ameliorerprocessusrecrutement

 

4. Plusieurs méthodes sont ensuite possibles

 

4.1 Méthode de lâcher prise

Dessinez une sorte de soleil autour du centre en créant des branches courtes.
Notez une idée (1 seul mot) par rayon (ou branche) en laissant de l’espace entre les branches. Créez des sous-branches pour développer vos idées en gardant la règle d’un seul mot par sous-branche. Laissez venir l’afflux naturel des idées, sans chercher de méthode particulière.

2recrutement

 

Ajoutez si vous le souhaitez des pictos, des couleurs car ces éléments visuels nous aident à saisir des émotions.
Pratiquez ensuite l’incubation. Laissez reposer votre carte 24h ou 48h et reprenez-là soit à partir d’une nouvelle page blanche sans regarder la 1ère, soit en la complétant. Vous pouvez aussi vous y pencher à plusieurs, ce qui permettra de compléter largement le spectre.

Avec cette méthode nous exploitons pleinement nos facultés mentales en alternant moments de détente et moments de réflexion intense.

 

4.2. Créer une carte déjà structurée

Utilisez un mode de questionnement qui peut s’adapter à tous les sujets comme le QQOQCCPP

Exemple :

 

2recrutementqqoqccpp


Vous pouvez également utiliser la technique dite des 6 Chapeaux d’E. de Bono, (cf. ouvrage 6 chapeaux pour penser).

 

3recrutement6chapeaux

 

Il s’agit dans ces processus d’assimiler l’ensemble des informations disponibles concernant notre problématique et des points à améliorer. Nous laissons aussi du temps à notre cerveau pour créer des associations entre les idées et du temps pour en produire de nouvelles.

Une astuce : laissez des branches vides, car elles permettent à nos esprits de continuer à réfléchir.

 

4.3 Ces méthodes vous semblent  trop classiques, testez l’inversion !

Cette technique appelée la défectuologie ou l’opposé du contraire est très puissante.

Exemple avec la question : Comment faire pour rater complètement nos recrutements ? Comment faire pour que nos recrutements soient catastrophiques ?

Au départ notez toutes vos idées, même les plus farfelues.

4recrutementrater


Puis créez des thématiques en majuscules.


Regroupez les idées par thèmes et remettez ces mêmes idées en positif. Ajoutez ensuite de la couleur…

 5recrutementreussir

 

Quelle que soit la technique que vous emploierez, seul ou à plusieurs, vous constaterez que le processus de coucher vos pensées sur papier sans clavier vous apportera de lui-même la solution. Le cerveau a besoin de VOIR l’ensemble des données et de passer par l’émotion pour éclairer la  réflexion et aider la prise de décision (voir sur ce sujet l’article de Catherine Allain - lien ici.

En conclusion, rappelons-nous avec Publius Syrius que «  Le temps de la réflexion est une économie de temps ».


Alors, usez et abusez de feuilles de papier et de crayons, vous gagnerez du temps !!


Sophie Le Stum

 

Retour à la Newsletter

S’abonner à la Newsletter (trimestrielle)

 

 

 

 

 

6 conseils pour travailler 1 ou 2 jours par semaine en Home Office

Vous devez gagner en efficacité et optimiser votre temps professionnel et personnel. Moins d'interruptions, moins de temps de transport, sautez le pas et testez le travail à distance !

Voici 6 conseils pour réussir :

6 conseils pour travailler en home office

 

Retour à la Newsletter

 

S'abonner à la Newsletter

 

 

 

Managers, comment tenir la barre à distance ?

Les managers confrontés au management à distance s’interrogent : comment manager des collaborateurs sans proximité ? Comment préserver la relation ? Comment les motiver ? Comment contrôler le travail effectué ? Comment anticiper les difficultés ? Comment stimuler l’autonomie sans favoriser l’indépendance ou développer un sentiment de solitude ?

Catherine Allain

Lire la suite sur le site de Conte Clé, partenaire de CapEquipe

Le manager, acteur majeur de la communication interne

Une communication interne efficiente et pérenne reste souvent difficile à mettre en œuvre. Aujourd’hui, au-delà des outils traditionnels (intranet, blog, journal interne, newsletter, affichage etc…), le RSE (Réseau social d’entreprise) facilite la circulation d’informations, l’accélère, la centralise. Reste que les Managers doivent être les relais efficaces de l’information voire les animateurs de cette communication.

Lire la suite sur le site de Conte Clé, partenaire de CapEquipe


Catherine Allain

Surfer sur les outils collaboratifs : comment prendre la bonne vague ?

surf oiseau

 

Article publié dans la Newsletter, septembre 2015

 

Les équipes travaillent de plus en plus à distance et les besoins d’échanges s’amplifient. Dans l’océan des outils de collaboration numériques, les entreprises se noient ou peinent à optimiser leur utilisation.

Quelle vague prendre ? Comment sélectionner les outils numériques adaptés à chaque organisation, à chaque projet ?


Aujourd’hui, 3 principaux outils digitaux sont utilisés

L’outil n°1 de communication reste l’email avec les conséquences connues : boîtes de réception engorgées donc impossibles à classer, difficultés pour tracer les discussions et consolider la connaissance. Les conversations se perdent dans un flot d’archives inutilisables.

L’outil n° 2 est le répertoire commun avec un nom aussi peu évocateur que « p:/» ou « q:/ »… : le classement des donnés, la gestion des droits d’accès n’en sont pas facilités. Résultats : les données stockées sur le disque « c:/ » demeurent inaccessibles à l’équipe et au manager.

L’outil n° 3, l’agenda partagé s’est répandu progressivement, et avec lui nombre de dérives : il n’est pas renseigné par tous les collaborateurs, et pas toujours synchronisé avec les outils mobiles. Il arrive qu’un individu se retrouve surbooké sur un même créneau horaire !

 

Le changement est en marche ...

Les outils collaboratifs, jusque-là complexes à installer pour les entreprises de taille petite ou moyenne sont désormais à la portée de tous avec un minimum d’investissements. Inutile de créer son outil propre ou de choisir Microsoft Sharepoint, les solutions disponibles en ligne, compatibles avec tous les systèmes d’exploitation et installés sur le Cloud, répondent aux besoins du plus grand nombre. Certaines peuvent être installées derrière les pare-feu des entreprises.

 

Comment procéder ?

Constituez une petite équipe projet avec un échantillon type d’utilisateurs et de compétences. Et créez du lien ! Avant de communiquer via des outils, commencez par l’humain.

Attention ! Au-delà de l’angle technique, ce type d’action est un réel projet de changement pour lequel la mobilisation de tous les acteurs est essentielle. C’est elle qui va conditionner l’adoption des nouveaux outils et leur utilisation future.

Voici 5 conseils pour traiter un projet d’amélioration de la communication « digitale » des équipes :

1. Décrivez les objectifs du projet et ses bénéfices attendus. Puis validez-le avec un « Commanditaire » ou un manager de haut niveau dans l’entreprise. Important : définissez les indicateurs du succès du projet : in fine, comment mesurer sa réussite?

2. Questionnez les membres de(s) l’équipe(s)  sur leurs besoins. Faites la liste des fonctionnalités recherchées et des contraintes (équipement, culture, géographie…). Travaillez en étroite liaison avec les informaticiens pionniers en la matière.

Exemple de questions :

  • Quels types d’interactions ? Pour quoi faire ? Nombre et type de contributeurs ?
  • Partage des informations en temps réel ? En temps différé ?
  • Type d’échanges : données, vidéo, son, images, taille des données
  • Fréquence des échanges
  • Confidentialité des données
  • Equipement : systèmes d’exploitation utilisés
  • Langue utilisée
  • Réseaux disponibles (ou non disponibles), quel fonctionnement hors ligne ?

3. Choisissez les outils que vous allez utiliser par ordre de priorité. Etudiez le degré de couverture des fonctionnalités ainsi que les risques associés.

4. Pour commencer expérimentez quelques outils simples avec des licences gratuites ou en version d’essai.  Après avoir fixé les règles de fonctionnement, faites ce test à petite échelle avec une équipe de volontaires.

 5. A l’issue d’une 1ère période d’utilisation, mesurez les résultats. Décidez ensemble de la suite : extension (ou non), ajout d’outils, changement de logiciels.

 

Quels outils pour une meilleure collaboration ?

Dans son ouvrage, Get Started using social media on your projects, Elizabeth Harrin, suggère de commencer par un wiki, un blog et/ou un micro-blog.

Le wiki

Tout le monde connaît Wikipedia. Un wiki d’entreprise fonctionne de façon identique pour mettre en commun des procédures, des définitions, créer un esprit de coopération et s’enrichir de la contribution de chacun. Les outils de recherche sont performants.

Exemples : DocuWiki, MediaWiki,…


Le blog interne

Facile à mettre en place via un service informatique, le blog interne permet de créer différents espaces. En mode projet, il peut contenir un tableau de bord hebdomadaire, des documents de référence, des discussions entre équipiers, des documents en co-écriture. Il offre la possibilité de gérer des droits d’accès et une visibilité dans toute ou partie de l’entreprise.

Exemples : Blogs à créer dans Sharepoint, Wordpress, Jira, Google sites, Zoho sites,... Evernote peut aussi être utilisé en ce sens.


Le microblog

Le microblog est idéal pour adresser des messages courts à ses collègues. Il est très simple à mettre en place.

Exemples : Yammer de Microsoft, Slack,  ou encore Twitter.


Il ne s’agit que de quelques pistes, la galaxie des outils disponibles est plus vaste :

 

outilscollaboratifsvuedensemble

 


Mes expériences et analyses

Voici à ce jour, sous forme de Mind Map, un extrait des outils collaboratifs que j’expérimente avec mes clients et partenaires :

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

5outilsenpratique


Téléchargez la version pdf ici


EN CONCLUSION,

 
Vouloir plonger dans l’océan des outils collaboratifs sans faire un inventaire à la Prévert est ambitieux !
Retenez ceci : l’outil ne suffit pas à créer la collaboration. Il faut alterner rencontres virtuelles et réelles pour créer puis encourager la participation et l’engagement de tous. Un travail quotidien à partager sans modération. A chacun d’entretenir, de catalyser l’intelligence collective avec les outils qui permettront aux informations de circuler avec fluidité.

Osez ! Prenez la vague ! Identifiez les risques, oui, mais songez aux bénéfices !


Sophie Le Stum


Retour à la Newsletter

 

S'abonner à la Newsletter


Articles déjà parus sur les outils :
http://www.capequipe.com/cms/efficacite-personnelle/selection-d-outils-logiciels/selection-2013
http://www.capequipe.com/cms/efficacite-personnelle/selection-d-outils-logiciels/selection-2012

 

Vous souhaitez suivre les prochains articles ?


Retrouvez-moi sur :

LinkedIn-Logo-2C          twitter-bird-blue-on-white          FB-f-Logo  blue 100

 

 

 

 

 

Travailler en duo : une subtile alchimie

Alchimie des rôles en équipe Belbin

 

Aujourd'hui une personne qui travaille en solo peut difficilement résoudre des problèmes toujours plus complexes et peine à organiser des projets. Le mode collaboratif s’impose. Mais il génère trop souvent tensions et pertes de temps.

 

Avant d’entamer un projet ou un travail important, il est essentiel de se poser les bonnes questions : qui peut m'apporter de la complémentarité ? De la valeur ajoutée ?


La méthode des rôles en équipe Belbin fournit un éclairage précieux sur le sujet. Elle se concentre sur les rôles naturels de chacun en relation avec les autres afin de rendre les échanges efficaces et productifs. De ces 20 années de recherches et d’observations se dégagent des tendances sur les personnes dont le comportement s’accorde par nature, là ou d’autres vivent une collaboration moins harmonieuse, voire conflictuelle.


Exemple : pour la construction d'un projet, une personne dont le comportement est impulsif et dédié à l’objectif s'entendra avec une personne ouverte au compromis et pleine de tact. En revanche, deux personnes battantes, et impulsives risquent l'échec si elles travaillent en duo.


Les combinaisons sont multiples et nous les réduisons ici pour la démonstration.


Endossons le rôle d’un chef d'entreprise ou d’un manager d’équipe.

  • S’il est prompt à avoir des idées, iconoclastes et nombreuses, (rôle appelé le Concepteur chez Belbin), il aura intérêt à choisir un collaborateur Organisateur qui l’aidera à les trier et à rendre ses projets réalistes. Il peut aussi s’entourer d’un Priseur, pondéré et posé qui lui fera étudier les différentes pistes avec objectivité avant une prise de décision commune.
  • Si ce manager est de type Propulseur (battant, concentré sur l’objectif), il travaillera avec une personne aimant structurer les opérations (rôle d’Organisateur) ou avec un collaborateur qui saura faire régner un bon climat au sein des équipes (rôle de Soutien) et tempérer certains excès du Propulseur.
  • Si le manager préfère orchestrer et répartir les tâches (rôle du Coordinateur) il formera un parfait tandem avec un collaborateur talentueux aux idées novatrices (le Concepteur). Un duo qui peut faire des merveilles.

Voici en synthèse un extrait des relations les plus fructueuses et des moins appropriées - voire contre-indiquées dans une relation hiérarchique. Cette démonstration est réalisée d’après le rôle principal du manager, qui peut être amené à jouer un second ou troisième rôle ...

Le manager doit opérer un réglage fin de son style de comportement avec son collaborateur suivant la situation et le projet.

 

Rôle principal du manager Relation idéale avec : Relation difficile avec :
1CN Concepteur  capequipe-belbin-icone-priseur-rvb   capequipe-belbin-icone-organisateur-rvb  capequipe-belbin-icone-promoteur-rvb   capequipe-belbin-icone-propulseur-rvb
1PR  Priseur capequipe-belbin-icone-organisateur-rvb   capequipe-belbin-icone-priseur-rvb   capequipe-belbin-icone-concepteur-rvb
1EX Expert capequipe-belbin-icone-organisateur-rvb   capequipe-belbin-icone-soutien-rvb capequipe-belbin-icone-concepteur-rvb
1OR  Organisateur  capequipe-belbin-icone-soutien-rvb  capequipe-belbin-icone-concepteur-rvb   capequipe-belbin-icone-promoteur-rvb
1PP  Propulseur  capequipe-belbin-icone-organisateur-rvb  capequipe-belbin-icone-soutien-rvb capequipe-belbin-icone-perfectionneur-rvb   capequipe-belbin-icone-priseur-rvb   capequipe-belbin-icone-coordinateur-rvb
1PE Perfectionneur  capequipe-belbin-icone-organisateur-rvb  capequipe-belbin-icone-promoteur-rvb
1PM Promoteur  capequipe-belbin-icone-perfectionneur-rvb  capequipe-belbin-icone-propulseur-rvb
1CO  Coordinateur  capequipe-belbin-icone-concepteur-rvb  capequipe-belbin-icone-propulseur-rvb
1SO  Soutien  capequipe-belbin-icone-expert-rvb  capequipe-belbin-icone-propulseur-rvb

 

En conclusion, entourez-vous de celui ou celle dont le style s’accordera le mieux avec le vôtre et dosez la combinaison en véritable chimiste.

Vous souhaitez en savoir plus et réaliser votre profil Belbin® et celui de votre équipier(re), contactez-moi.

Vous souhaitez-vous abonner à de nouveaux articles qui paraîtront sur le site de CapEquipe, laissez vos coordonnées.

 

Sophie Le Stum

 

Retour à la Newsletter